Foire aux questions

Un recueil de réponses aux questions les plus fréquentes, compilées par les agents du service Environnement de la Communauté d’agglomération.

Compostage

Oui mais en petite quantité.

En effet, si vous consommez 6 oranges/pamplemousses par jour et chaque jour, il vaut mieux éviter. En revanche si c’est ponctuel, oui vous pouvez les déposer.

L’idéal serait de les laisser sécher quelques jours avant de les mettre au composteur, et dans ce cas aucun problème pour les déposer, même en quantité.

La tige aératrice ne sert qu’à faire des puits d’aération.

Elle ne permet pas de mélanger le tas de compost…Rien ne remplace la fourche-bêche pour cela.

Il doit être placé à l’abri du vent, pas trop loin de la maison pour être accessible.

Sur une surface plane, au contact de la terre ou sur quelques dalles.

Ouvrir le couvercle du composteur en période ensoleillée ; veiller à introduire régulièrement des matières brunes et sèches pour l’aération (paille, brindilles, broyat).

Si le tas est compact, sortir le compost sur une bâche, laisser sécher, éventuellement aérer avec une fourche puis recharger.

Incorporer régulièrement des matières sèches.

À noter : Leurs larves vivent dans le compost et se nourrissent de matières azotées.

Bien mélanger les matières lors de chaque apport et recouvrir le compost d’une couche de matière brune.

À noter : signe d’un compost trop pailleux ou trop sec, ou encore pas assez remué.

Arroser copieusement, introduire des déchets humides et remuer régulièrement afin qu’ils ne se sentent pas les bienvenus.

Les coquilles de moules sont des éléments naturels donc peuvent être déposées au composteur, mais de préférence concassées afin d’accélérer leur décomposition qui sera lente.

Sinon elles peuvent servir de paillage et limiter ainsi la pousse des adventices, préserver l’humidité des sols et les protéger.

 

Les composteurs que la CASGBS fournit sont réservés aux pavillons avec jardin. Nous conseillons le lombricompostage pour les résidents en appartement ne bénéficiant pas de composteur partagé en pied d’immeuble (projets que nous accompagnons bien sur par ailleurs).

La Communauté d’Agglomération ne subventionne pas encore ces équipements de lombricomposteur, mais il est très facile d’en fabriquer un soi-même. Via ce lien, vous pouvez trouver un tutoriel et schéma, une vidéo de démonstration …

Le tuto pour gérer mes notifications

Vous vous êtes inscrit sur notre site afin d’obtenir un composteur et vous êtes vu « refusé » ou « non éligible » ; en voici la raison et une alternative.

En effet, un jardin d’une surface supérieure à 1000 m² signifie inévitablement des feuilles à ramasser, des tailles, des tontes de pelouse, peut-être un potager, des massifs de fleurs… La quantité de matière est trop importante pour un composteur de jardin.
Mais vous avez la place pour faire un compostage en tas !

C’est la façon de composter la plus simple et la plus ancienne.

Traditionnellement ce mode de compostage est synonyme de putréfaction, de mauvaises odeurs et d’esthétique douteux. Il n’en est rien : ce mode de compostage reste le plus simple et le plus pratique à mettre en œuvre, lorsque l’on a la chance de réserver un espace dans son domaine.
Faire un compost en tas, joli, qui ne sent pas, c’est possible avec quelques connaissances et un peu de savoir-faire.

Pour savoir comment rentabiliser ses végétaux de jardin : suivez ce lien

 

Vous vous êtes inscrit sur notre site afin d’obtenir un composteur et vous êtes vu « refusé » ou « non éligible » ; en voici la raison et peut être une alternative.

En effet, votre jardin a une surface inférieure à 200 m², vous risquez donc de manquer de matière sèche (feuilles mortes, brindilles) indispensable à l’équilibre des apports (50% brun, 50% déchets de cuisine) et à l’obtention d’un compost de qualité.

Le stock de feuilles doit pouvoir couvrir toute une année, jusqu’à l’automne suivant. Il faut également de quoi pouvoir épandre le compost récolté (massifs, potager, arbres, arbustes…).

Une autre solution existe, le lombricompostage !

En appartement, petit jardin ou rez-de jardin, un petit éco-système appelé lombricomposteur composé d’un ensemble de bacs empilés permet de recycler les déchets organiques de cuisine à l’aide de vers de terre qui se nourrissent des déchets. Leurs déjections s’accumulent et forment le compost. On obtient rapidement un amendement organique de qualité et un engrais liquide (l’eau qui percole à travers le compost en formation constitue le jus de compost). C’est une solution idéale pour entretenir vos plantes d’intérieur et vos balconnières !

Un lombricomposteur ne produit aucune nuisance ! Pas de risque que les vers s’échappent, ni d’odeurs désagréables, au contraire : le compost produit une légère odeur d’humus, autrement dit de sous-bois.

La CASGBS ne subventionne pas encore ces équipements, mais il est très facile d’en fabriquer un soi-même. Vous trouverez sur Internet des tutoriels ainsi que des donateurs de vers.

Pour plus d’infos, consultez notre rubrique dédiée

L’appli Boucle_Tri

En allant régulièrement sur le site de la CASGBS ou sa page Facebook
Vous pouvez également télécharger l’appli gratuite Boucle-Tri pour être notifié sur votre smartphone des dernières modifications concernant la collecte des déchets.

Il se peut que des problèmes surviennent sur l’appli, si vous rencontrez une anomalie, n’hésitez pas à consulter le tuto « Gérer mes notifications » ou à nous le faire savoir par mail à environnement@casgbs.fr

 

Bacs de collecte

Déchets végétaux

Dans votre jardin, vous pouvez stocker et réutiliser vos végétaux, retrouvez tous nos conseils ICI

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×