Compost fait-maison, mode d'emploi !

Le compost mûr est un apport nutritif pour vos plantes. Il favorise leur développement et améliore la fertilité de vos sols. A l'heure du retour au jardin, suivez le guide...

Compost-mur-640X420

Récolter le compost mûr

Pour que votre compost ait un effet amendant et fertilisant, il doit être mûr. Le compost mûr se récolte au bout de 8 à 12 mois en moyenne, lorsque les déchets se sont transformés en une terre grumeleuse, friable, brun foncé. Il suffit de soulever la trappe ou ouvrir votre composteur pour vérifier comment est la sous-couche.

Le compost mûr, ressemble au terreau et dégage une odeur de sous-bois

Les matières sont décomposées et ne sont plus reconnaissables à part quelques restes de coquilles d'œufs, noyaux, morceaux de bois ou fruits à coques qui nécessitent plusieurs cycles de compostage. Il suffit alors de le récupérer à la pelle !
Pour cela, ouvrez toute la façade de votre composteur et, à l’aide d’une fourche-bêche, sortez les matières qui ne sont pas encore transformées (vous pouvez les déposer sur une bâche), récolter le compost mûr que vous pouvez stocker dans un sac ouvert mais l’idéal étant de l’épandre directement au pied de vos plantations.
Le compost mûr est un apport nutritif pour vos plantes. Il favorise leur développement et améliore la fertilité de vos sols.

Comment l'utiliser ?

Les besoins en compost varient selon le type de plantes et la richesse du sol en humus. Par exemple, le compost est inutile pour les arbustes provenant de pays secs ou se trouvant sur un sol riche et pour les légumes n’ayant pas besoin de matière organique (ail, oignon, échalote, navet, radis, choux, plantes aromatiques…).

Compost-mur-200X150

En revanche, il est nécessaire pour les fleurs, les arbres fruitiers et certains légumes (carottes, haricots, salades, betteraves, épinards) et indispensable pour de nombreux légumes tels artichauts, aubergines, courgettes, concombres, courges, melons, épinards, poireaux, pommes de terre, potirons, tomates, maïs…

En surface au jardin : il faut répartir le compost en surface et ne pas l'enfouir. Vous prenez quelques grosses poignées de compost que vous disposez au pied des plantes de massifs et bordures ou au pied des légumes de votre potager. Il suffit alors de griffer superficiellement le sol pour incorporer le compost.

Vous pouvez aussi mettre une fine couche de compost à la surface de vos pots de fleurs.

Vous pouvez l'utiliser en paillage sur un sol biné et désherbé, par couche de 3 à 5 cm, au pied des arbustes, arbres fruitiers, rosiers et vivaces.

Pour nourrir votre gazon, il suffit de répartir le compost sur le sol après scarification (2 à 5 litres de compost /m²).

En mélange pour les plantations : le compost n’est pas du terreau ! Pour les plantations, il faut éviter d’utiliser le compost pur mais l’associer avec de la terre ou du sable  (1/3 de compost et 2/3 de terre pour le rempotage, ou 1/4 de compost et 3/4 de terre pour les plantations en pleine terre). En semis, il est conseillé de le tamiser pour une utilisation plus facile. Les morceaux plus gros seront utilisés en paillage au jardin.

Publiée le Vendredi 22 Mars 2019